Subscribe to Héritage

Royal Commission on the Status of Women

Available reels: 11

Document Record
Creator Royal Commission on the Status of Women in Canada.
Title Royal Commission on the Status of Women
Commission royale d'enquête sur la situation de la femme au Canada
Identifier lac_mikan_242
658
RG 33 89
R1170-0-7-E
R1170-0-7-F
Government
Women's history
Document source Library and Archives Canada / Bibliothèque et Archives Canada
Language eng
Description The Royal Commission on the Status of Women recommended steps that might be taken by the federal government to ensure equality for women and men in all aspects of Canadian society. It was established in February 1967 by Prime Minister Lester B. Pearson (1897 -1972) and Florence Bird (1908 - 1998) was the Commission’s chair, making it the first Royal Commission chaired by a woman. The Commission was launched at a time when the women's movement was actively organizing, and other governments worldwide were pursuing similar initiatives. The Commission attracted extensive public interest, hearing 468 briefs, and receiving 1,000 letters of opinion and additional testimony, which confirmed widespread problems experienced by women across Canadian society. Some of the recommendations of the commission were to have the federal government name more women judges to all courts within its jurisdiction, that more qualified women from each province be appointed to the Senate as seats became vacant until a balance between male and female senators were achieved, and employed women be granted eighteen weeks of unemployment benefits for maternity leave. The largest conglomeration of feminist groups in Canada, the National Action Committee on the Status of Women, was formed with the aim to lobby the government to enact the Commission’s recommendations. Upon a recommendation from the commission’s report, the Office of the Status of Women was established in 1971 and the cabinet position of Minister responsible for the Status of Women was created. The Office was initially overseen by the Privy Council Office, but became a departmental agency in 1976.
This collection consists of a precis of the hearings, submissions and unpublished studies for the Royal Commission on the Status of Women.
La Commission royale d'enquête sur la situation de la femme au Canada a présenté des recommandations quant aux mesures pouvant être adoptées par le gouvernement fédéral afin d'assurer aux femmes des chances égales à celles des hommes dans toutes les sphères de la société canadienne. Créée en février 1967 par le premier ministre Lester B. Pearson (1897-1972), la Commission fut présidée par Florence Bird (1908-1998), ce qui en fait la première commission royale d'enquête présidée par une femme. Cette Commission fut lancée au moment où le mouvement des femmes battait son plein et où d'autres gouvernements dans le monde s'attaquaient à des enjeux semblables. La Commission a généré un intérêt public considérable. Les 468 mémoires et 1,000 lettres d'opinions et de témoignages supplémentaires qu'elle a reçus lui ont permis de mesurer l'ampleur de tous les problèmes rencontrés par les femmes dans la société canadienne. Parmi les recommandations de la Commission, il y avaient celles voulant que le gouvernement fédéral nomme plus de femmes juges dans tous les tribunaux relevant de sa juridiction, que plus de femmes qualifiées de chaque province soient nommées sénatrices pour combler les sièges vacants jusqu'à ce que l'on atteigne la parité entre hommes et femmes au Sénat et que les travailleuses puissent toucher dix-huit semaines de prestations de chômage pour des congés de maternité. Le plus important regroupement d'organisations féministes au Canada, le Comité canadien d'action sur le statut de la femme, fut créé dans le but de faire pression sur le gouvernement pour qu'il mette en œuvre les recommandations de la Commission. Suite à l'une des recommandations du Rapport de la Commission, l'organisme Condition féminine Canada fut mis sur pied en 1971 et un poste de ministre de la Condition féminine fut créé. Tout d'abord supervisé par le Bureau du Conseil privé, l'organisme devint une agence ministérielle en 1976.
Cette collection comprend un précis des audiences, des mémoires et des études non publiées de la Commission royale d'enquête sur la situation de la femme au Canada.
Permanent Link http://heritage.canadiana.ca/view/oocihm.lac_mikan_242