Subscribe to Héritage

Minutes of the Council of Assiniboia

Available reels: 1

Reel ID
C-5044
Document Record
Title Minutes of the Council of Assiniboia
Procès-verbaux du Conseil d’Assiniboia
Identifier lac_mikan_98397
MG 9 E 1
Papers
Government
Aboriginal
Immigration
Document source Library and Archives Canada / Bibliothèque et Archives Canada
Language eng
Description The District of Assiniboia was a name used to describe the Red River Colony, mainly for official purposes, between 1812 and 1869. The District of Assiniboia was supervised by a governor and council until November 1869, when Louis Riel's resistance effectively ended its life. In some accounts of Manitoba’s history, the term Old Assiniboia is used to describe the pre-1870 settlement, though the terms Red River Colony, Red River Settlement and Selkirk Settlement are more common.
In 1811, British aristocrat Thomas Selkirk (1771 - 1820) wished to create a new colony in a region owned by the Hudson's Bay Company. Selkirk purchased land, mostly located in what is now lower Manitoba, from the fur trading company. This led to the creation of the Red River Settlement in 1812. This settlement only lasted for three years. Métis who had called the area home were angered that they were not consulted, which partially led to much conflict in the region. In June 1816, the Métis killed the governor-in-chief of Rupert's Land and 20 of his men in the Seven Oaks Incident. Two months later, Selkirk and a mercenary force attacked and captured Fort William from the Métis. In 1817, Selkirk decided to sign a treaty with the Cree and Chippewa nations, among others, to extinguish their claims to a tract of land on his domain stretching along the Red River. He distributed this land to new settlers. When he died, the executors of his estate sought to control spiraling costs by ending new European settlement on the land. Only those who had settled during the late 1810s, plus some retired Métis fur traders, remained on the land.
After Canada took control of the Hudson's Bay Company territories in 1869, it began to encourage settlement in these lands. The government ignored the land claims of the more than 100,000 Aboriginals and Métis who lived in the region. Alarmed by the possibility that they might be pushed off their land along the Red and Assiniboine rivers, the Métis (led by Louis Riel) prevented the appointed Canadian governor from entering the territory in 1869. After negotiations, the province of Manitoba was created, with the provision, among others, that the land already occupied would not be taken from the Métis, and a large section of land was reserved for them.
This collection consists of minutes of the meetings of the governor and council of the District of Assiniboia in Rupert's Land from 1832 to 1861.
Le district d'Assiniboia était le nom utilisé entre 1812 et 1869 pour désigner la colonie de la rivière Rouge, notamment pour des fins officielles. Le district d'Assiniboia fut géré par un gouverneur et un conseil jusqu'en novembre 1869, quand la résistance de Louis Riel y mirent fin. Selon certaines versions de l'histoire du Manitoba, l'ancienne appellation d'Assiniboia se rapportait à la colonie d'avant 1870, mais les désignations de colonie de la rivière Rouge et de colonie de Selkirk sont plus courantes.
En 1811, l'aristocrate britannique Thomas Selkirk (1771-1829) souhaitait fonder une nouvelle colonie dans une région appartenant à la Compagnie de la Baie d'Hudson. Selkirk a acheté de cette compagnie de traite de fourrures des terres situées en grande partie dans la région qui correspond aujourd'hui au Sud du Manitoba, ce qui mena, en 1812, à la création de la colonie de la rivière Rouge. Cette colonie n'a survécu que trois ans. Les Métis, qui considéraient ces terres comme leur lieu d'habitat, furent très contrariés de ne pas avoir été consultés, ce qui donna lieu à de nombreux conflits dans la région. En juin 1816, les Métis ont assassiné le gouverneur en chef de la Terre de Rupert avec 20 de ses hommes dans la bataille des Sept Chênes. Deux mois plus tard, Selkirk et une force mercenaire ont attaqué et capturé le fort William appartenant aux Métis. En 1817, Selkirk a accepté de signer un traité avec, entre autres, la nation des Cris et celle des Chippewas, afin de mettre un terme à leurs revendications concernant une parcelle de terre située sur son domaine qui s'étirait le long de la rivière Rouge. Il a distribué ces terres aux nouveaux colons. Lors de son décès, ses exécuteurs testamentaires ont cherché à limiter la montée vertigineuse des coûts en mettant fin à toute nouvelle tentative de colonisation européenne sur ces terres. Seuls ceux qui s'y étaient établis à la fin des années 1810 et quelques marchands de fourrures métis à la retraite pouvaient continuer d'habiter ces terres.
Lorsque le Canada a pris le contrôle des territoires de la Compagnies de la Baie d'Hudson en 1869, il a commencé à encourager le peuplement de ces terres. Le gouvernement a ignoré les revendications territoriales des quelque 100 000 Autochtones et Métis qui vivaient dans la région. Alarmés par la possibilité d'être évincés de leurs terres situées le long des rivières Rouge et Assiniboine, les Métis (menés par Louis Riel) ont empêché le nouveau gouverneur canadien d'entrer sur le territoire en 1869. Après des négociations, la province du Manitoba fut créée moyennant certaines conditions dont celles que le territoire déjà occupé par les Métis ne leur serait jamais enlevé et qu'une grande étendue du territoire leur serait réservée.
Cette collection renferme les procès-verbaux des réunions du gouverneur et du Conseil du district d'Assiniboia dans la Terre de Rupert entre 1832 et 1861.
Permanent Link http://heritage.canadiana.ca/view/oocihm.lac_mikan_98397